Allo la lune ? Ici Paris !

Signé Furaniax

Marie Al-Kha-Raz en 2000

« Sur la couverture du premier, il y avait le portrait d’une fille, brune, aux lèvres rubis. Au dessus de laquelle s’étalait le nom du groupe: Ici Paris. Le titre s’intitulait: La fusée de ton retour. »  « Cette nana avait une voix d’enfer, genre acidulée. Rock, très eighties. »  En collectionneur averti Docteur Zicmu est une référence, aussi lorsqu’il déniche un trésor c’est un peu comme si Long John Silver mettait la main sur celui de Ben Gunn. Ses yeux brillent ! Son pouls s’accélère ! C’est avec plaisir qu’il fait découvrir sa ou ses trouvailles à Nelson Valbo et au reste de l’équipe. Parfois se glisse des musicos ou chanteurs voire des chanteuses méconnues ou disparues comme la première chanteuse d’Ici Paris : Marie Alcaraz aka Marie Al Kha Raz. 
Ici Paris c’est plus qu’un canard à scandale, c’est aussi le nom d’un groupe de rock. Fondé au début des années 80 le groupe avait tout pour lui: des morceaux splendides, des musicos pas manchots connaissant leurs gammes et une chanteuse charismatique ! Mais comme trop souvent dans c’pays, le groupe emmené par Shere Khan (Hervé S.F.pour l’administration), n’empruntera pas le chemin de la gloire. Du moins, pas tout de suite.  

Génèse

  Au début étaient les Curlies (les Frisés in England), groupe de lycéens fans des Stones puis ce fut Gare du Stade en hommage à une gare de chemin de fer située à Colombes, dans la banlieue ouest de Paname. C’était devenu un groupe punk, sans chiens mais avec, probablement, de la binouze mais comme tout les groupes grattouillants dans leurs coins le combo fut influencé par le glam rock. T Rex, Gary Glitter, Adam and the Ants, Slade, les paillettes, les boas en plumes, le style Zizi Jeanmaire sur platforms boots, ça envoyait pas mal quand même. Ici Paris fera partie de la deuxième vague de la scène glam rock parisienne, fin 77. La première vague avec Métal Urbain ou Asphalt Jungle tournait depuis 1976. Ils jouèrent souvent avec Oberkampf ou La Souris Déglinguée. C’est après un dernier concert au Gibus, en 1979, qu’Ici Paris prit son envol. C’est d’ailleurs dans cette salle mythique que Shere Khan rencontra Marie Alcaraz en 1978. Il y avait aussi un ex des Curlies, un « gratteux » qui ramènera le bassiste. Après une annonce dans un canard le groupe dénicha un batteur et en avant la musique ! 

Jolie brunette

Ici Paris rêve de train fantôme, de créature du Lac Noir, de Godzilla en plastoc et de Cadillac infernale. L’univers kitsch d’un ado mélangé aux accords de base du rock’n’roll, pour qui a la curiosité d’écouter leurs morceaux, c’est la mandale assurée, façon Tontons Flingueurs. De quoi remettre les clés de sol à l’endroit ! Emmenée par une jolie brunette à la voix perçante, la fameuse Marie Al Kha Raz (c’est classos, mec !) et un guitariste à l’incroyable tignasse, la formation suscite la curiosité. Les connaisseurs pensent même avoir enfin découvert LA perle rare qui manquait au paysage musical. 

Souris faussement candide

  Le label Gaumont les remarquera et les signe sans barguigner. Ce que ne fera jamais De Mesmaeker mais bon c’est une autre histoire ! Leurs premiers morceaux « Le Centre du monde » et « Souris » passeront complètement inaperçu aux yeux du grand public et pour cause; le groupe se trouve mauvais et refuse le disque. Ça commence bien !  Mais cela leur permettra quand même de décrocher la première partie de la tournée hexagonale des Ramones. Ça mange pas d’pain. Quelques semaines avant la sortie de leur album, en janvier 1982, l’émission de télé « Les Enfants du rock » diffuse deux titres d’Ici Paris filmés au Rose Bonbon, à Pigalle: « Stupide petit garçon » et « La Fusée de ton retour ». L’album est dans les bacs en juillet 1982. Mélange de twist et de rock glitter, « Allo Le Monde… Ici Paris » parvient à renouveler le genre. Comment en effet ne pas succomber à la voix de petite souris faussement candide de la chanteuse de Marie Al Kha RazDouce comme le miel au début mais… qui soudain pouvait atteindre des stridences aiguës qui débouchaient les cages à miel.

Léopard en peluche

La province découvrira Ici Paris sur scène, Bordeaux, Lyon et puis retour à Pantruche au Bataclan. Et oui ! Même si les ventes du 45 tours sont quasi-nulles, tous les spectateurs sont sous le charme de Marie accrochée à son léopard en peluche. C’est décidé, il y a aura un album. Hélas, les concerts se font rares et les médias traditionnels sont trop décontenancés par l’univers d’Ici Paris. L’heure est plutôt à la variétoche du samedi soir, il n’y a pas de place pour la gaudriole et le second degré. Dommage. Le groupe s’évanouit dans la nature, alors que son fantôme revient régulièrement faire un tour sur les platines des amateurs. 
Trouillomètre à zéro   Mais voilà, Marie ne voulait plus faire de concerts dans les clubs, défouloirs pour bourrins pleins de binouze ! Résultat elle avait le trouillomètre à zéro ! Dès qu’elle était sur scène, ça allait, mais avant c’était vraiment dur: la plomberie se faisait des nœuds ! Après Ici Paris ce fut Hou la la, son nouveau groupe sort un disque et là… elle se barre ! Marie laissera des souvenirs comme cette vidéo promo de 1989. (c’est autre chose que le super 8 de Gégé).

Mais… aucun crime n’est parfait, il reste des traces de quelques méfaits télévisuels comme celui ci. Remarquez certains spectateurs tout droit sortie de la Foire agricole de Baignons le Vaseux et la gratte sans fil (ça sent le play back !). Mais bon, faut bien se faire connaitre. 

Depuis elle a disparu de la circulation, c’est bien dommage sa voix acidulée de mouflette… pas si innocente est inoubliable. Comme les Mistral Gagnant. De 1995 à 2001, nos chemins se sont croisés.  
Apparition lors d’un concert, en tant que spectatrice (faut pas rêver !).  Année 201?…  Le Docteur Zicmu aurait aimé avoir un autographe !

Liccaeus

Article original

Laisser un commentaire

Fermer le menu